astreindre


astreindre

astreindre [ astrɛ̃dr ] v. tr. <conjug. : 52>
astraindre 1290; lat. astringere « serrer; obliger » astringent
Obliger strictement (qqn) à (qqch.). assujettir, condamner, contraindre, forcer, obliger, réduire. Il les astreint, il les astreignait à une discipline. imposer. « On ne put jamais l'astreindre à travailler » (Renan).
♢ S'ASTREINDRE v. pron. S'astreindre à se lever tôt. S'astreindre à une discipline, à un régime.
⊗ CONTR. Dispenser, exempter.

astreindre verbe transitif (latin astringere, lier, attacher) Littéraire. Soumettre quelqu'un à une obligation stricte : Le jugement l'a astreint à verser une indemnité.astreindre (difficultés) verbe transitif (latin astringere, lier, attacher) Conjugaison Comme teindre. ● astreindre (synonymes) verbe transitif (latin astringere, lier, attacher) Littéraire. Soumettre quelqu'un à une obligation stricte
Synonymes :
- enchaîner
- réduire
Contraires :
- décharger
- dégager
- libérer

astreindre
v.
d1./d v. tr. Obliger, soumettre, assujettir. Astreindre à des travaux pénibles.
d2./d v. Pron. S'astreindre à: s'imposer (qqch) comme discipline. Elle s'astreignait à une gymnastique quotidienne.

⇒ASTREINDRE, verbe trans.
A.— Emploi trans. Astreindre qqn à qqc., à faire qqc. Assujettir quelqu'un à quelque chose, lui imposer une règle, une discipline ou bien un acte, qui revêtent un caractère d'obligation rigoureuse. Synon. contraindre.
1. [Le suj. est une pers.] :
1. Si le même esprit de prudence et de prévoyance, qui a fait borner à un petit nombre d'années déterminé la mission du dépositaire du pouvoir exécutif, a fait aussi qu'on l'a assujetti à des règles dans l'exercice de ce pouvoir; si on l'a astreint à suivre certaines formes, à s'adjoindre certaines personnes, à ne point agir contre leur avis; et si des mesures réellement efficaces ont été prises pour qu'il ne puisse s'affranchir de ces entraves, alors sans doute ce principal agent de la nation sera sans inconvénient.
DESTUTT DE TRACY, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu, 1807, p. 190.
2. Il s'agit donc, pour obtenir des attitudes ou des mouvements très développés et très variés, d'astreindre les muscles à travailler dans les limites extrêmes de leurs possibilités.
M. BOURGAT, Techn. de la danse, 1959, p. 15.
Au passif :
3. Dans le parc proprement dit, les diverses actions de l'homme sont soumises à un régime spécial plus ou moins restrictif suivant les cas : si les activités pastorales et forestières ne peuvent y être totalement interdites, elles y sont réglementées; de même le tourisme est astreint au respect de la nature, de manière à sauvegarder un champ d'observation incomparable.
G. BELORGEY, Le Gouvernement et l'admin. de la France, 1967, p. 386.
Rem. En poésie, rare, part. passé employé comme adj. Imposé :
4. Quand on avait la foi dans ces premiers moments
On ne demandait pas des formules astreintes.
Quand on avait la loi sous ces premiers serments
On ne demandait pas des règles de contraintes.
PÉGUY, Ève, 1913, p. 723.
2. [Le suj. est une chose] :
5. ... elle s'est endormie sur votre épaule [Cécile] et vous la caressiez, vous lui donniez de petits baisers sur ses cheveux noirs qui se décoiffaient peu à peu, s'échappaient de l'ordre auquel les astreignaient leurs épingles, ...
M. BUTOR, La Modification, 1957, p. 189.
Rem. Emploi styl. dans l'ex. suiv. avec retour au sens étymol. du verbe « resserrer, lier » :
6. Ah, ce n'est point le bonheur que je t'apporte, mais ta mort, et la mienne avec elle,
Mais qu'est-ce que cela me fait à moi que je te fasse mourir,
Et moi, et tout, et tant pis! pourvu qu'à ce prix qui est toi et moi,
Donnés, jetés, arrachés, lacérés, consumés,
Je sente ton âme, un moment qui est toute l'éternité, toucher,
Prendre
La mienne comme la chaux astreint le sable en brûlant et en sifflant!
CLAUDEL, Partage de Midi, 1re version, 1906, II, p. 1030.
B.— Emploi pronom. réfl. (plus fréq.) S'astreindre à qqc., à faire qqc. S'astreindre à (un travail, une tâche, un exercice, une discipline, etc.) Exiger de soi-même un effort physique ou moral :
7. C'était cela sa résolution, cette volonté subitement arrêtée de ne rien lui dire. Et lui, le pauvre enfant, qui n'était venu chercher cette certitude que pour avoir le droit de lui parler! Dans le moment même qu'il savait, il s'astreignait à oublier; il se condamnait au silence. Petite grande âme héroïque, qui avait compris que la dame en noir qui avait besoin de son secours ne voudrait pas d'un salut acheté au prix de la lutte du fils contre le père!
G. LEROUX, Le Parfum de la Dame en noir, 1908, p. 26.
8. La discipline que je me suis imposée durant trois ans n'aura pas été sans profit; mais je trouve aujourd'hui profit plus grand à m'en dégager qu'à continuer de m'y astreindre.
GIDE, Journal, Feuillets, 1937, p. 1290.
PRONONC. ET ORTH. :[], j'astreins []. Enq. :// (il) astreint. FÉR. Crit. t. 1 1787 mentionne et condamne, au nom de l'étymol., une orth. astraindre.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Fin XIIe s. « lier, attacher étroitement » (S. BERN., Serm., Richel. 24768, f° 110 r° ds GDF. : Quant li dedantriene uniteiz des cuers assamblet la deforaine multipliciteit et astrent par lo glus de chariteit et par lo liien de paix); 1611, COTGR.; 2. fin XIIe s. « s'obliger par un effort » (Moralités sur Job, éd. W. Fœrster, 311, 17 ds T.-L. : Maintes foiz turnons nos mimes les visces el usage de vertuz, se nos nos astraindons encontre eaz par fort estude); 1355 astreindre « obliger strictement à qqc. » (Bersuire, B.N. 20312 ter, f° 27 r° ds GDF. Compl. : Si l'amour et la charité du commun proufit ne l'i astreinsist).
Du lat. astringere « lier, attacher (hommes ou choses) » sens propre (PLAUTE, Bacch., 823 ds TLL s.v., 959, 72); d'où au fig. (PLAUTE, Trin., 699, ibid., 962, 14), « lier, engager (sa parole) » (CICÉRON, Off. 3, 111, ibid., 963, 27) et « obliger à (qqc.) » (CICÉRON, Leg., 2, 48, ibid., 964, 14). Influence des verbes en -aindre pour certaines formes de l'a. fr.; prononc. du s- par influence du lat. écrit.
STAT. — Fréq. abs. littér. :285. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 313, b) 261; XXe s. : a) 564, b) 462.
BBG. — PIERREH. Suppl. 1926. — SUAVET 1963. — TIMM. 1892.

astreindre [astʀɛ̃dʀ] v. tr. [CONJUG. peindre.]
ÉTYM. 1355; astraindre, fin XIIe; du lat. astringere « lier, attacher ».
Obliger strictement (qqn) à qqch., assujettir (qqn) à qqch. Assujettir, attacher, condamner, contraindre, enchaîner, forcer, lier, obliger, réduire, soumettre à; et aussi imposer (qqch. à qqn). || Astreindre qqn à des règles, à une discipline, à des travaux pénibles, à une corvée… || Il avait astreint ses employés à des heures régulières. || Astreindre un malade à un régime sévère, à s'imposer des privations. || Astreindre qqn à faire qqch.Au passif. || Être astreint (par qqn) à des obligations, à faire qqch.
1 Et Jupiter de leur dire : « Eh quoi ? votre désir
À ses lois croit-il nous astreindre ? »
La Fontaine, Fables, III, 4.
2 Toutes les religions et les sectes du monde ont eu la raison naturelle pour guide. Les seuls chrétiens ont été astreints à prendre leurs règles hors d'eux-mêmes (…)
Pascal, Pensées, t. III, XIV, 903.
3 C'était la meilleure créature de Dieu; mais on ne put jamais l'astreindre à travailler.
Renan, Souvenirs d'enfance…, II, 3.
Rare (sujet n. de chose). || « L'ordre auquel les astreignaient (ses cheveux) leurs épingles » (M. Butor, in T. L. F.).
——————
s'astreindre v. pron.
S'imposer un effort, s'imposer de faire qqch. || S'astreindre à un rude labeur. || S'astreindre à se lever tôt. || Il faudra nous astreindre, que vous vous astreigniez à suivre ce régime.
4 Sollicité par bien d'autres soins — et de quelle importance — et s'astreignant à examiner toutes les affaires, petites et grandes, il (Bonaparte) trouvait cependant le temps de venir lui-même assister aux séances, souvent si longues où étaient débattus les titres du code.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, t. IV, XII.
CONTR. Affranchir, décharger, dispenser, exempter, libérer, relever.
DÉR. Astreignant, astreinte.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • astreindre — ASTREINDRE. v. a. Obliger quelqu un malgré luy à quelque chose. Astreindre quelqu un à des conditions déraisonnables & injustes. il voudroit m astreindre à telles choses. je ne veux pas m y astreindre. Il ne se dit guere qu en parlant d… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • astreindre — ASTREINDRE. v. act. Assujettir. Astreindre quelqu un à des conditions déraisonnables et injustes. Il voudroit m astreindre à telle chose. Je ne veux pas m y astreindre.Astreint, einte. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • astreindre — Astreindre, Astringere. Astreindre aucun et l obliger sous telles conditions qu il nous plaist, Astringere aliquem nostris conditionibus. Lier et astreindre par serment, Obstringere iureiurando. Estre astreint et contraint par necessité, Astringi …   Thresor de la langue françoyse

  • ASTREINDRE — v. a. Assujettir. Astreindre quelqu un à des conditions déraisonnables, injustes. Il voudrait m astreindre à me rendre chez lui tous les jours.   Il s emploie aussi avec le pronom personnel. Ce poëte ne veut point s astreindre aux règles du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ASTREINDRE — v. tr. Contraindre à quelque chose. Astreindre quelqu’un à des conditions déraisonnables, injustes. Il voudrait m’astreindre à me rendre chez lui tous les jours. Ce poète ne veut point s’astreindre aux règles de la prosodie. Je ne veux pas m’y… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • astreindre — (a strin dr ), j astreins, nous astreignons ; j astreignais ; j astreignis ; j astreindrai ; que j astreigne ; que j astreignisse ; astreignant ; astreint, v. a. 1°   Soumettre à. On l astreignit à observer la règle. 2°   S astreindre, v. réfl.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • astreindre — [astʀɛ̃dʀ(ə)] (v. 3) Présent : astreins, astreins, astreint, astreignons, astreignez, astreignent ; Futur : astreindrai, astreindras, astreindra, astreindrons, astreindrez, astreindront ; Passé : astreignis, astreignis, astreignit, astreignîmes,… …   French Morphology and Phonetics

  • Astreindre — III гр., (avoir) P.p.: astreint Заставлять, принуждать, вынуждать Présent de l indicatif j astreins tu astreins il astreint nous astreignons vous astreignez ils astreignent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • astreindre — vt. astrindre (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'astreindre — ● s astreindre verbe pronominal être astreint verbe passif Se contraindre à quelque chose, à faire quelque chose : S astreindre à une discipline rigoureuse. ● s astreindre (synonymes) verbe pronominal être astreint verbe passif Se contraindre à… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.